L’épatante histoire

La patate est un légume exceptionnel qui est riche en éléments nutritifs, en vitamines et minéraux. Elle a traversé les époques et les modes, en nourrissant des générations de Québécois. Polyvalente et économique, la pomme de terre a toujours eu une place dans nos assiettes. Aujourd’hui, elle se réinvente pour notre plus grand plaisir, à travers ses variétés et d’innombrables recettes savoureuses.

235 producteurs
22 transformateurs
1,2 milliard de livres de
patate chaque année
(Imagine 120 millions
sacs de 10 livres !)
Il était une fois un légume extraordinaire

Probablement introduite par les Anglais en Nouvelle-France vers 1760, la patate était à l’époque moins appréciée qu’elle ne l’est aujourd’hui. Mais dès la colonisation (1840-1950), les choses ont changé. Comme la pomme de terre est de culture facile et peu sujette aux variations de température, elle s’est adaptée à tous les terroirs, de la Gaspésie à l’Abitibi-Témiscamingue. Elle est devenue une alliée pour nourrir les nombreuses familles et a constitué une des bases importantes de l’alimentation. Fricassée, bouillie, rissolée, elle accompagne plus d’une viande.

La patate est partout

Au fil des dernières décennies, elle a bien changé la patate. Elle fait toujours partie des grands classiques qu’on aime, mais elle s’est raffinée à travers des recettes originales et créatives. À bien y penser, il est difficile d’imaginer notre alimentation sans la patate. Enlevez-la de nos assiettes et les repas tombent à plat. Plus de pâtés chinois, plus de poutines, de tourtières, de gratins dauphinois, de gnocchis, de chips, de frites, de potages onctueux, de salades de patates et de beignes aux patates. Quand on y pense, la vie serait vraiment plate sans patate !

Allons à la cabane !

Au Québec, ce sont 235 producteurs, 22 transformateurs, des dizaines de distributeurs et 860 cantiniers qui dédient leur vie à la patate. Ensemble, ils font vivre une industrie vitale pour le Québec en générant des milliers d’emplois.

 

Savais-tu que le Québec est le seul endroit au monde où il y a des « cabanes à patates », ces petites cantines sans prétention, qui se dressent le long des routes ? Il y en a une dans chaque village, et c’est une tradition que de s’y arrêter pour casser la croûte en suivant la bonne odeur de patate frite fraîche. Il faut bien se gâter de temps en temps !

Trouver les premières patates de l’année, c’est vraiment comme déterrer un trésor. 

Agriculteur, un métier transformé

Il y a un demi-siècle, la récolte était peu mécanisée et presque toutes les étapes se faisaient à la main. Aujourd’hui, sur les terres comme dans la chaîne d’emballage, les gens travaillent avec de la machinerie spécialisée. Cette évolution permet une vision de productivité en harmonie avec la nature, en pratiquant de l’agriculture « raisonnée ». La culture raisonnée tient compte du géopositionnement dans les champs et de l’écologie.

L’évolution technologique a été fulgurante, mais le métier d’agriculteur demeure toujours essentiel. Il nécessite aujourd’hui un savoir-faire multiple et des connaissances en agronomie, en ingénierie, en mécanique et en construction.

La patate, on en mange

Au Québec, plus de 80 % des pommes de terre qu’on trouve sur le marché sont cultivées sur le territoire. Ce sont 43 000 acres de terres qui sont réservées à sa production. En moyenne, 1,2 milliard de livres de pommes de terre du Québec se retrouvent dans nos assiettes chaque année !

Quelle épatante histoire que celle de notre patate !

« La patate est la reine de nos assiettes. »

Portraits de gens d’ici

Nos producteurs et emballeurs, ce sont de vrais passionnés de la pomme de terre, des gardiens de nos terres, qui veillent sur les champs, cherchent les meilleures variétés, sèment, drainent, récoltent, entreposent, lavent, trient, s’assurent de la qualité, emballent, distribuent, innovent… Tout ça, 7 jours sur 7, 12 mois par année. Levons notre patate à leur santé !